Le souvenir

Je me souviens. Je gambade dans le parc, je vais si vite que les fleurs autour deviennent toutes floues. Il vient de pleuvoir, ça sent bon. Ma maman me court après, je pleure très fort quand elle m’attrape et qu’elle m’emmène à la maison. C’est mon premier souvenir. Juste avant qu’on ne déménage.

Je me souviens. J’arrive dans ma nouvelle école. Maman discute longtemps avec le directeur. Ils m’emmènent dans une classe avec plein de visages inconnus. J’ai tellement peur, je ne réponds pas tout de suite quand le professeur m’appelle par mon nom. Heureusement les autres sont gentils avec moi, surtout Cécile et Jérémy.

Je me souviens. Je mange le gâteau à l’anniversaire de Cécile. Il est encore plus gros que celui de l’an dernier. Je n’ai pas le temps de finir ma part, des policiers arrivent et me ramènent à la maison. Il y a des lumières rouges et bleues un peu partout. Ma mère leur crie dessus. Ils l’emmènent dans une de leurs voitures. J’ai très peur. Une femme arrive. Elle pleure et me serre très fort dans ses bras. Elle me dit que tout ira bien maintenant.

Je me souviens. C’est elle, ma vraie maman.

 

Date d’écriture: 2013
Aux enfants arrachés à leur famille.

Le devin

– Cet homme, là. Dans cinq minutes, il va se lever, prendre sa voiture, rouler trop vite dans les lacets et se planter dans la rivière. »
– Pourquoi tu ne vas pas lui dire ? Il pourrait prendre un taxi. »
– Lui dire quoi ? Bonjour monsieur, je vais vous dire votre avenir ? Il ne me croirait pas et se planterait quand même. Et d’ici quelques jours, la police viendrait enquêter sur moi. »
– Et si on lui crevait les pneus ? Il serait coincé ici. »
– Le garage à 500 mètres les lui changerait en une petite heure. »
– Alors pourquoi pas carrément lui voler sa voiture ? »
– Tu vois les flics, assis là derrière ? Ils te verraient essayer de forcer sa porte et t’arrêteraient. »
– Mais on doit pouvoir… »
– Trop tard, regarde. Il vient de sortir. »
– Oh merde… monsieur, eh ! monsieur, attendez ! »

Mon amie disparut à la suite de l’homme qui, je le savais, n’allait nullement se planter. Oh, ne vous méprenez pas. Je vois vraiment l’avenir. Parfois, je vois aussi comment le changer. Dans cinq minutes, elle le convaincra de prendre un verre avec elle. Ils se saouleront, prendront un taxi pour rentrer. Ils se reverront, s’aimeront et se sépareront. Et il restera à jamais bien loin de cette fichue rivière.

Bon. Cette femme à l’air un peu triste, assise au comptoir, va se faire agresser si elle rentre seule chez elle ce soir. Pas besoin d’être devin pour savoir comment changer ça.

– Bonjour madame… je ne fais pas ça d’habitude, mais… est-ce que je peux vous offrir un verre ? »

 

Date d’écriture: 2013

The Rock

Je viens de déménager. Un une pièce, un peu petit c’est vrai, mais l’endroit est parfait pour me recentrer et réfléchir. Juste devant ma porte, il y une fenêtre; quand on l’ouvre, les cris des goélands et l’odeur des embruns me parviennent. Il y a une bibliothèque en face. J’irai peut-être tout à l’heure, après avoir mangé avec mes voisins.

Seul inconvénient, je ne pourrai pas déménager à nouveau avant quelques années. Ce n’est que justice. Après tout, je paie à Alcatraz le meurtre d’un autre être humain.

Date d’écriture: 2015

alcatraz

Si on me proposait le travail de Dieu…

… je n’en voudrais pas. Regardons les choses en face : Son job, c’est un peu de chapeauter tout ce qui se passe sur Terre, histoire que tout ça tourne plus ou moins rond. Pour qu’un projet de ce genre marche, ça demande deux choses essentielles : d’abord, quelqu’un de sensé à la direction, et ensuite, une équipe qui l’écoute et avance ensemble sur le chemin qu’a tracé ladite direction. Alors je ne sais pas si Dieu est un bon gérant, mais ce que je sais, c’est que Son équipe est une belle bande d’abrutis.

 

On va le présenter comme ça : entre les gens qui ne L’écoutent pas, ceux qui L’écoutent et réinterprètent tous Ses propos comme ça les arrange, ceux qui croient bosser pour la concurrence, ceux qui se battent pour savoir si Son nom est Yahvé, Allah ou Théodule, ceux qui Lui demandent l’impossible et ceux qui ne croient même pas qu’Il existe, qu’est-ce qu’Il va bien pouvoir tirer de nous ?

 

D’après les Ecrits, les actions disciplinaires, Il a déjà tenté, mais non, rien à faire, Ses subordonnés se calment quelques décennies et recommencent à n’en faire qu’à leur tête dès qu’Il a le dos tourné. Puisque le bâton ne marche pas, et la carotte ? Si on leur promettait le paradis – mais attention, pour ça, il faut quand même bien se tenir. Eh bien non, ça non plus ça ne marche pas. Les gens n’y croient pas, ou dans leur ego démesuré se disent que bon, OK, j’ai mal agi, mais j’y aurai droit quand même non ?

 

Moi, si j’étais Dieu, je déclarerais faillite, liquiderais l’entreprise et mettrais tous les employés à la porte. Sauf que je suis pas Lui, je suis un des employés, désespéré et désemparé face au chaos qui grandit chaque jour un peu plus dans la boîte. Qui sait, peut-être qu’il n’est pas encore trop tard pour bien faire ? Peut-être qu’une bonne action collective, ce n’est rien d’autre que la somme de mille bonnes actions individuelles ? A vous de voir, mais moi je commence aujourd’hui.

 

Date d’écriture : 2017

 

Parce que la religion est un sujet sensible ces temps-ci, je me sens obligé de préciser : je suis agnostique (j’ignore si Dieu existe mais contrairement aux athées, je ne suis convaincu ni de Son existence, ni de Son inexistence). J’aime et respecte la religion quand elle amène les gens à être meilleurs avec leurs voisins, ce qui, fort heureusement, n’est pas rare chez les personnes pieuses que j’ai pu rencontrer jusque-là. Je l’exècre quand on l’ignore ou se sert de son nom pour rejeter ceux qui pensent autrement – parce qu’ils ont d’autres croyances ou cultures, qu’un autre nuancier a été utilisé pour colorer leur peau, que leur sexualité n’est pas dans les bonnes cases (monogame ou polygame, hétérosexuel ou homosexuel, avec ou sans mariage, classique ou libertin…), bref, parce qu’ils vivent autrement.

Dans le métro

La femme était superbe. L’homme la regardait avec envie. Il l’aborda, l’invita dans son appartement. Ils vécurent une passion torride, destructrice, qui les laissa brisés pour le reste de leur vie.

Non, c’est pas ça.

La femme était superbe. L’homme la regardait avec envie. Il alla lui parler, but un café à ses côtés. Ils se revirent, s’aimèrent, vécurent ensemble pour le reste de leur vie.

Non, c’est pas ça non plus.

La femme était superbe. L’homme la regardait avec envie. Il l’observa en coin jusqu’à ce qu’elle se lève et quitte le métro. Elle laissa dans son sillage un vague parfum, porteur de tous les autres possibles. Il y pensa fugacement comme elle disparaissait de sa vie.

Date d’écriture: 2013
A tout ce qu’on n’a vécu qu’en rêve…
… mais qui en valait quand même la peine !

 

Le Djinn

Il était un homme qui possédait un puissant djinn enfermé dans sa bouteille. Des années durant, l’homme avait réfléchi au vœu qu’il formulerait quand il l’invoquerait, sans jamais réussir à se fixer sur un seul de ses rêves. C’est pourquoi, quand il convoqua le génie, sa requête fut assez inhabituelle :
– Je veux pouvoir faire tous les vœux que je désire, ô djinn ! »

Le djinn réfléchit une seconde, sourit et accepta avant de rentrer dans sa bouteille. L’homme essaya aussitôt un vœu :
– Je veux être l’homme le plus riche du pays, que des monceaux d’or me recouvrent, que mes ennemis soient anéantis, que les femmes accourent vers moi, que les hommes m’envient et me jalousent, que… »

Mais comme sa liste s’allongeait, il s’aperçut que rien de tout cela ne se produisait. Furieux, il appela à nouveau le djinn :
– Mes vœux ne marchent pas ! Tu n’as pas fait ce que je t’ai demandé ! »

Le djinn ricana :
– Tu m’as demandé de pouvoir faire tous les vœux que tu voulais, tu n’as jamais dit qu’ils devaient s’exaucer ! »

Une génération plus tard. L’homme attendit des années que son fils ait atteint l’âge de raison et lui transmit la bouteille, en l’avertissant formellement de ne pas parler à la légère devant le génie. Son fils réfléchit longuement :
– Mon père a été vaniteux, il a voulu acquérir les pouvoirs que seuls les dieux et les esprits malins peuvent posséder. Mais moi, je n’ai pas besoin de tant de puissance. Je suis heureux avec ma femme et mon enfant, j’aime mes amis et je les vois souvent, j’ai tout ce que je peux désirer sauf les biens matériels. Oui, c’est bien là tout ce qui me manque ! »

Se sentant prêt, il appela à son tour le djinn et lui demanda :
– Je veux être riche, ô djinn ! »

Le djinn secoua la tête :
– La richesse est une notion toute relative, mon ami. Riche par rapport à quoi ? Par rapport à qui ? »

Pris de court, l’homme répondit :
– Je… je veux être plus riche que le roi lui-même ! »

Le djinn sourit en exauçant le vœu : à l’instant, un génial cambrioleur s’introduisit dans la salle des coffres royale et déroba tous les biens du monarque, qui s’en trouva ainsi être l’homme le plus pauvre du royaume.

Quand l’homme réalisa son erreur, il était trop tard pour faire marche arrière : son vœu exaucé, le djinn ne lui devait plus rien. Il regretta amèrement de ne pas avoir su imposer sa volonté au djinn, mais se consola bien vite auprès de ses proches et oublia un long moment cette maudite bouteille.

Et une nouvelle génération passa sur le pays. Quand l’homme fêta l’âge de raison de son fils unique, la bouteille magique lui revint à l’esprit. Son fils était ambitieux, trop ambitieux pour ses moyens limités, et… après tout, peut-être un soutien magique lui permettrait-il d’atteindre ses buts ? En ne sachant trop s’il faisait bien, il remit la bouteille à son fils en le mettant en garde contre la rouerie du djinn.

Son fils réfléchit quelque temps. L’idée de toute puissance de son grand père lui plaisait, mais lui ne commettrait pas la même erreur : il voulait des vœux qui se réalisent. Il convoqua à son tour l’esprit :
– Je veux le pouvoir d’exaucer n’importe quel vœu, ô djinn ! »

Le djinn sourit et exauça le vœu : il transforma le dernier de la famille en djinn pour qu’il puisse exaucer tous les vœux… mais ceux de ceux qui l’extirperaient de la bouteille, pas les siens !

La saga familiale s’arrête avec ce dernier descendant, fort heureusement pour les enfants qu’il n’eut jamais. Quant au djinn, ma foi, il se repose désormais dans sa bouteille : les gens ne sont pas fous et préfèrent invoquer le nouveau venu, moins imaginatif quand il s’agit de déformer leurs rêves !

 

Date d’écriture: 2005

L’acacia

Ça avait été jadis une forêt verdoyante où grouillait la vie. Des ruisseaux, des gazelles, des oiseaux bariolés, où que porte le regard. Et puis, la sécheresse était venue. Pas d’un coup, non, lentement, comme une maladie dégénérative. Le sol s’était fait plus sec, la végétation plus clairsemée, les animaux plus discrets. La forêt avait reculé, était devenue savane. Et puis, les arbres étaient morts. Mais pas lui, non. Pourquoi il avait survécu ? Était-il plus grand et plus fort que ses confrères? Plus teigneux? Ses racines s’enfonçaient-elles un peu plus loin sous la terre? Peu importe, il avait survécu. Longtemps après que les autres acacias aient tous disparu, il continuait de se dresser seul au beau milieu du désert. Lui, relique d’un âge d’or à jamais perdu, il s’entêtait à survivre dans cet environnement hostile.

Et pourtant, un jour, l’arbre mourut. Un camionneur, ivre, transportait du matériel à travers le désert. Avec des centaines de kilomètres de vide tout autour de lui, l’homme réussit, on ne sait comment, à heurter de plein fouet l’acacia. L’homme poursuivit sa route et, arrivé à destination, en fut quitte pour quelques centaines de francs CFA pour réparer son camion. L’arbre, grièvement blessé, dépérit lentement au milieu du Sahara.

Quelques mois plus tard, une expédition fut lancée pour arracher sa carcasse desséchée au désert. On construisit un monument pour abriter ses restes (que l’on peut encore visiter aujourd’hui) en ultime hommage à l’extraordinaire résistance de ce petit acacia.

Date d’écriture: 2016
Inspiré de l’histoire vraie de l’arbre du Ténéré.

arbre-du-tenere
Crédits photo: Valérie et Michel Mazeau