Enosiphrénie

Dans ma tête, on est plusieurs. Celui qui est curieux de tout. Celui qui aimerait bien choper cette brune. Celui qui veut juste qu’on le laisse tranquille. Mais les deux plus forts, c’est l’émotionnel et l’analytique.

L’émotionnel, c’est celui qui fait de moi un être humain de qualité, c’est grâce à lui que je me soucie vraiment des gens. Et c’est aussi celui qui juge, qui se fait manipuler, qui crée des embrouilles.

L’analytique, c’est celui qui soupèse les causes et les conséquences, qui évalue les vraisemblances, qui fait de moi quelqu’un d’intelligent. Et c’est aussi quelqu’un de froid, inhumain, qui est capable du pire sans broncher.

 

Alors moi, je suis quoi dans tout ça ? Quand je laisse les commandes à un d’entre eux, est-ce que je deviens lui ? Figurez-vous que j’ai découvert, il y a quelques années, quelque chose d’incroyable : ces deux-là se parlent, et aussi bizarre que ça puisse paraître, ils s’entendent comme larrons en foire.

Il y a comme une sorte d’entraide entre eux ; quand l’analytique reste trop longtemps aux commandes, il me rappelle que j’ai aussi des sentiments et que ça serait pas mal que je les regarde un peu ; quand c’est l’émotionnel qui dicte sa loi, il demande régulièrement son avis à l’analytique pour ne pas me causer des ennuis. Ce qui fait que je ne suis jamais entièrement l’un ou l’autre.

 

Dans ma tête, on est plusieurs. Et croyez-le ou non, c’est finalement devenu une force.

 

Date d’écriture: 2019

Une réflexion au sujet de « Enosiphrénie »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s