Ecriture à deux mains

– Dans les temps anciens vivait un être mystérieux et sage qui… »
– Attends un peu, pourquoi dans les temps anciens ? Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que l’histoire se situe toujours bien avant notre naissance, et la naissance de nos parents, grand-parents, et j’en passe ? Est-ce qu’on a si peur que notre histoire soit contestée, qu’il faille qu’on puisse dire ‘Tu n’en sais rien, ça pourrait être vrai, tu n’étais pas là après tout’ ? »
– D’accord, d’accord. Il y a quelques jours vivait un être mystérieux et sage qui… »
– Et pourquoi faut-il forcément qu’il soit mystérieux ? Je veux dire, il faut forcément qu’on ne puisse pas le comprendre pour donner du sel à notre histoire ? »
– Hhmmm… bien. Il y a quelques jours vivait un être banal et sage qui… »
– Ben je sais pas trop là… tu en connais beaucoup, des gens qui sont sages autour de toi ? C’est pas très banal non ? »
– Aaaaaaaah ! Il y a quelques jours vivait un être banal et complètement stupide qui… »
– Un être ? Quand je parle des gens autour de moi, je dis ‘un type’, ou ‘un gars’, mais je ne me rappelle pas d’avoir jamais parlé d’un ‘être’ ! »
– Je… tu… OK. Il y a quelques jours vivait un type banal et complètement stupide qui… »
– Mouais… d’un autre côté, si ton héros n’a rien d’intéressant, ça va faire une histoire un peu chiante non ? »
– C’est bon, je jette l’éponge ! »
– Ben voilà ! Ça, ça ferait une histoire intéressante ! On s’y met ? »

Date d’écriture: 2018

Le pouvoir absolu

Il était un jeune ambitieux qui rêvait de devenir Dieu. Jour après jour, il écumait les ouvrages ésotériques en quête de la toute-puissance. Mais nulle bibliothèque ne contenait de si lourds secrets, nul homme ne les avait jamais seulement approchés. Les alchimistes s’avouaient vaincus, les sorciers ne présentaient guère plus que des tours de passe-passe, les sages se moquaient de la vanité de sa quête, les plus fervents croyants criaient au blasphème. Si on doit résumer, nul ne pouvait l’aider et nul ne croyait en lui.

Personne, vraiment ? Un jour, pourtant, il trouva posé sur son lit un livre interdit, un livre qui expliquait comment devenir le maître de tout ce qui est et de tout ce qui sera jamais. Son saint des saints, son Graal. Qui l’avait placé là ? Mystère, mais il ne se priva pas de l’utiliser. Il y apprit à voler l’essence divine, à siphonner l’énergie astrale. Ses rituels impies mirent à bas l’ancien maître de l’univers, et refaçonnèrent l’homme en Dieu.

Que feriez-vous si rien ne vous était impossible ? L’homme-dieu usa et abusa de ses nouveaux pouvoirs. Il créa et détruisit des plans d’un battement de cils. Il rit du vacarme des armées qui se battaient en son nom. Il goûta aux plaisirs les plus exquis et pénétra les secrets les mieux gardés de la Création. De nouveaux cultes naquirent et moururent sans qu’il n’y prête attention. La belle vie, pensez-vous ?

Alors… alors pourquoi sa lassitude grandissait-elle sans limites tandis que les ères passaient ?! Plus de défis, plus d’êtres qui puissent le comprendre. Plus rien que l’ennui mortel de millénaires qui se ressemblent.

Un jour, de déception en désillusion, il se décida. Il créa un livre expliquant comment l’anéantir, et le plaça sur le chemin d’un pauvre idiot en quête du pouvoir absolu.

 

Date d’écriture: 2014