In Memoriam

A ma mort, je veux regarder derrière moi et être heureux de ce que je verrai. Le temps presse. Déjà mi-chemin, et si peu d’accompli. Je ne me suis pas baigné dans l’Océan Indien. Je comprends à peine le monde qui m’entoure. Si je démissionne, on me remplacera. Tant d’occasions manquées. Tant que je n’ai jamais eues.

Trop tard, il est déjà l’heure. Je me retourne. Sur mon chemin, des visages souriants. Ma femme, mes enfants, mes parents, mes amis, des gens de passage, tous ceux avec lesquels j’ai partagé mes joies, mes peines, tous ceux à qui j’ai transmis mon amour. Et qui ont fait de même pour moi. Sur mes lèvres, un sourire. La vie me quitte.

A ma mort, je veux regarder derrière moi et être heureux.

 

Date d’écriture: 2013
Aux bons moments. Puissent-ils être nombreux.

La grille

– Je ne comprends pas l’intérêt. Je veux dire, tu n’as virtuellement aucune chance de gagner. Pourquoi tu balances ton fric là-dedans ? »
– Tu as une pièce de deux euros ? Vas-y, donne-la moi… merci. Bien, dans un instant, je vais m’en servir pour acheter une grille en ton nom. Excusez-moi, madame, à combien est le jackpot ce soir ? Dix-sept millions d’euros ? Merci. Alors dis-moi, qu’est-ce que tu ferais avec dix-sept millions d’euros ? »
– Ben, je sais pas… j’imagine que je m’achèterais une nouvelle voiture. Je règlerais le crédit de ma maison une bonne fois pour toute et… non, attends. En fait, je revendrais ma maison et m’achèterais un loft à la place, genre celui hors de prix dont j’ai vu l’annonce il y a cinq jours. Oui… ça serait le pied. Après, je suppose que je donnerais à une association, Médecins Sans Frontières ou quelque chose dans ce goût-là, histoire d’aider un peu tous ceux qui ont pas eu ma chance. Je sais pas, peut-être 5 ou 10% de mes gains, ça serait déjà un sacré coup de pouce. Je pense que j’en profiterais aussi pour enfin monter ma boite, depuis le temps que j’en rêve… ouais, patron enfin ! Eh, mais qu’est-ce que tu fais ? »
– Je te rends ta pièce. Tu vois, pendant quelques instants, tu as été multimillionnaire sans même dépenser un centime. »
– Oh… je vois. Excusez-moi, madame ? Une grille, s’il vous plait. J’aimerais prolonger l’état de grâce, au moins jusqu’à l’heure du tirage. »

 

Date d’écriture: 2017

Un grand merci à une amie et à son père, qui se reconnaitront (j’espère),
et dont les souvenirs d’enfance sont la source directe de cette histoire !

Je ne suis pas raciste mais…

« Je ne suis pas raciste mais… » On a tous entendu cette introduction. Certains d’entre nous l’ont probablement prononcée. Alors regardons en détails : qu’est-ce que ça dit au juste ? D’abord et avant tout que l’idée d’être raciste rebute celui ou celle qui parle, peut-être même lui fait honte. Un bon point, ça. Mais le hic, c’est que cette introduction trahit aussi un besoin de se justifier de ce qui va suivre. En gros, le message est « ce que je vais dire pourrait paraître raciste, mais promis juré craché ça ne l’est pas ». Vraiment ? Sérieux ?

Au mieux, si c’est vrai, c’est maladroit. Quelle est la première chose à laquelle vous pensez si je vous dis « je ne suis pas un éléphant » ? Si vous êtes normal(e), à moi, et à un éléphant. Et quelle est la première chose à laquelle vous pensez si je vous dis « je ne suis pas raciste » ? Hhmmm… a priori, plus vraiment à un éléphant, n’est-ce pas ?

Bon, et si ce qui suit est vraiment raciste, comme dans 90% des cas où cette introduction est utilisée ? Alors le message reçu est « non seulement je n’assume pas d’être raciste, mais en plus je me cache derrière une soi-disant ouverture d’esprit pour tenir des propos xénophobes ». Et là, ça craint. Vraiment. Quand on n’assume pas une de nos opinions, c’est souvent pour une très bonne raison.

Date d’écriture: 2017