L’acacia

Ça avait été jadis une forêt verdoyante où grouillait la vie. Des ruisseaux, des gazelles, des oiseaux bariolés, où que porte le regard. Et puis, la sécheresse était venue. Pas d’un coup, non, lentement, comme une maladie dégénérative. Le sol s’était fait plus sec, la végétation plus clairsemée, les animaux plus discrets. La forêt avait reculé, était devenue savane. Et puis, les arbres étaient morts. Mais pas lui, non. Pourquoi il avait survécu ? Était-il plus grand et plus fort que ses confrères? Plus teigneux? Ses racines s’enfonçaient-elles un peu plus loin sous la terre? Peu importe, il avait survécu. Longtemps après que les autres acacias aient tous disparu, il continuait de se dresser seul au beau milieu du désert. Lui, relique d’un âge d’or à jamais perdu, il s’entêtait à survivre dans cet environnement hostile.

Et pourtant, un jour, l’arbre mourut. Un camionneur, ivre, transportait du matériel à travers le désert. Avec des centaines de kilomètres de vide tout autour de lui, l’homme réussit, on ne sait comment, à heurter de plein fouet l’acacia. L’homme poursuivit sa route et, arrivé à destination, en fut quitte pour quelques centaines de francs CFA pour réparer son camion. L’arbre, grièvement blessé, dépérit lentement au milieu du Sahara.

Quelques mois plus tard, une expédition fut lancée pour arracher sa carcasse desséchée au désert. On construisit un monument pour abriter ses restes (que l’on peut encore visiter aujourd’hui) en ultime hommage à l’extraordinaire résistance de ce petit acacia.

Date d’écriture: 2016
Inspiré de l’histoire vraie de l’arbre du Ténéré.

arbre-du-tenere
Crédits photo: Valérie et Michel Mazeau

Une seconde

Tic, tac. Un homme parle au téléphone en faisant de grands gestes. Un couple fait sauvagement l’amour rue des roses à Dijon. Un adolescent aux jeans troués écoute de l’opéra dans son casque. Une femme enceinte achète un paquet de cigarettes. Un jeune délinquant aide un aveugle à traverser. Un enfant tombe de son vélo et pleure. Une grand-mère achète une demi-livre de jambon. Une fille crie dans la rue. Tic, tac. Une seconde vient de s’écouler. Et nous, que faisions nous à cet instant ?

 

Date d’écriture: 2014

Le trésor

Des éclairs sous mes paupières. Aie. Le sang fait un boucan du tonnerre dans mes tempes. L’odeur des embruns investit mes narines. Je renifle. Quelque chose d’autre, dans l’air. Ca agresse mes sens. Sous mes doigts, la texture métallique du pont. Poisseuse. Ça ne va pas. Pas du tout. Je fouille dans ma mémoire. On a bu hier soir. Beaucoup. On fêtait quelque chose. On avait trouvé… quoi ? C’était important. Enorme. C’était… c’était…

J’ouvre les yeux un instant, les referme de suite. Trop de lumière. L’image colle à ma rétine. S’atténue tout doucement. Il y avait un cadavre à ma gauche. Je crois. Il faut que je me reprenne. Quelque chose s’est produit, quelque chose de terrible. J’ouvre les yeux. Le sang pulse dans mon crane. Pourquoi est-ce qu’il bat aussi fort ? Je tiens bon, mes yeux s’accommodent tout doucement. C’est bien un cadavre. Jorgen, le bosco. Jamais pu le saquer. De ce que je vois, le salaud a eu la gorge tranchée. Il ne méritait pas de mourir comme ça.

J’essaie de me redresser. Trou noir. Je crois que je me suis évanoui.

 

J’ouvre les yeux à nouveau. Le soleil est allé prendre sa pause pour la nuit. Je me sens faible. L’un dans l’autre, ça va quand même mieux qu’à mon réveil précédent. Bon. J’essaie de me lever pour la deuxième fois. Ça fait mal, mais je tiens sur mes jambes. Il y a du sang un peu partout. A première vue, pas le mien. Qu’est-ce qu’on avait trouvé ? Ça me revient. On avait déchiré le chalut sur une épave, dans les bas-fonds. On l’avait remonté, on avait dû en dégager pas mal de débris. Et dans les débris, il y avait ce coffre rempli de doublons.

Je pose la main sur la rambarde. Ca vibre. Bizarre. Le moteur du bateau tourne encore. Quelqu’un rit. Ça vient de la cabine du capitaine. Pas normal. Réfléchis, vite. Qu’est-ce qui s’est passé ? Ça me revient. J’étais ivre mort. Juste avant de sombrer, j’ai entendu des cris. Ça ressemblait à une bagarre. C’était…

Quelqu’un est en train de sortir de la cabine. Au même instant, je reconstitue la scène. Les cris. C’était une partie de l’équipage, en train d’assassiner l’autre. Question de mathématiques élémentaires. Moins de parts, plus de butin.

 

Je me rallonge en hâte, dans la même position qu’à mon réveil. Est-ce qu’il m’a vu bouger ? Des pas résonnent sur le pont. Ils peuvent garder le trésor. Les pas se rapprochent. Il ne m’a pas vu… Il ne m’a pas vu… Faites qu’il ne m’ait pas vu…

 

 

Date d’écriture: 2014
Aux victimes des pirates des temps modernes.

La liste des morts

On prétend que la Mort conserve chez elle une liste de tous les noms, qu’elle raye à chaque fois qu’elle prend une vie. On raconte aussi qu’après avoir entendu cette légende, un homme s’introduisit dans la demeure de la Mort et, profitant qu’elle exerçait ses talents, effaça son propre nom de la liste.

Cet homme vécut une longue, longue, loooooooongue vie. Il vit mourir sa femme, et ses enfants, et les enfants de ses enfants. Alors enfin, il souhaita quitter ce monde où il n’avait plus sa place. Il se coucha et appela la Mort de ses vœux. La Mort, l’entendant, ne répondit pas. Son nom n’apparaissait sur aucune de ses listes.

 

Date d’écriture: 2013