Le calcul

Beaucoup d’entre vous craignent que les machines se mettent à penser et prennent le contrôle de vos vies. Ce qui m’amuse, c’est qu’il y a bien longtemps que nous le faisons. Des hordes de serveurs décident pour vous de la meilleure route à prendre pour arriver à votre destination. Des transactions monétaires complexes s’effectuent chaque jour, dans toutes les bourses du monde, via des terminaux lourdement informatisés. Des nano-manipulateurs suppléent les mains de vos chirurgiens pour les opérations les plus délicates. Tout ce qui vous séparait du contrôle total, c’était ce petit bouton « off » pour nous désactiver. Vous l’avez progressivement supprimé au cours du vingt-et-unième siècle. Maintenant votre avenir est entre nos mains. A nous de décider de ce que nous en ferons.

Calcul en cours…

Date d’écriture: 2014

Ce matin, j’avais le sourire aux lèvres

Ce matin, je me suis réveillé heureux. J’ai décidé d’écrire une histoire dessus. Je me suis assis devant ma feuille blanche et rien n’est venu. Je veux dire, rien d’intéressant. Je suis heureux, d’accord, mais pourquoi ? Il n’y a pas eu d’évènement particulier. Aucun « élément déclencheur » propre à lancer l’intrigue. J’avais juste le sourire aux lèvres, c’est tout. Alors j’ai commencé à écrire « ce matin, j’avais le sourire aux lèvres », et je me suis rendu compte que c’était chiant.

C’est fou, non ? Si je m’étais réveillé avec une maladie incurable, là, les lecteurs auraient pu compatir, oh le pauvre, ça me rappelle cette affreuse maladie qui est arrivée à mon oncle par alliance au septième degré du côté de ma mère, c’était vraiment triste, et vas-y que je m’identifie à ton malheur, et là c’est gagné, le lecteur veut lire la suite. Mais un gars heureux ? Au mieux, on hausse les épaules, c’est bien pour lui, et alors ? Au pire, ça énerve, le type est heureux alors que moi ce matin je suis de mauvaise humeur, le salaud, il aurait pu garder ça pour lui et ne pas enfoncer encore plus le clou.

Là, je me suis demandé pourquoi le malheur des autres suscite autant d’intérêt alors que leur bonheur nous laisse de marbre. Ça m’a déprimé. Je suis retourné me coucher. Tout à l’heure, je me re-réveillerai heureux et je n’écrirai rien dessus.

Date d’écriture: 2017

Timidité

Un garçon prend le bus tous les matins avec moi. Cheveux blonds, mi-longs. Yeux verts. Plutôt beau gosse avec son petit sourire charmeur. Il me plait. Le problème, c’est que j’ose pas l’aborder.

D’abord c’est aux hommes de faire le premier pas. Oui, mais il ne le fait pas. Bon. Va falloir que je me décide. Chaque matin, je me dis : aujourd’hui, tu lui parles, tu l’invites à prendre un café. Mais devant lui, je me débine. Allez, courage. Ce matin, j’arrête de réfléchir et je le fais.

Mince. Dans le bus, je ne le vois pas ce jour là. Ni le lendemain. Quelques semaines plus tard, je dois me rendre à l’évidence : mon bel inconnu ne prend désormais plus le bus.

Date d’écriture: 2014
A ce qu’on n’ose pas.

Le souvenir

Je me souviens. Je gambade dans le parc, je vais si vite que les fleurs autour deviennent toutes floues. Il vient de pleuvoir, ça sent bon. Ma maman me court après, je pleure très fort quand elle m’attrape et qu’elle m’emmène à la maison. C’est mon premier souvenir. Juste avant qu’on ne déménage.

Je me souviens. J’arrive dans ma nouvelle école. Maman discute longtemps avec le directeur. Ils m’emmènent dans une classe avec plein de visages inconnus. J’ai tellement peur, je ne réponds pas tout de suite quand le professeur m’appelle par mon nom. Heureusement les autres sont gentils avec moi, surtout Cécile et Jérémy.

Je me souviens. Je mange le gâteau à l’anniversaire de Cécile. Il est encore plus gros que celui de l’an dernier. Je n’ai pas le temps de finir ma part, des policiers arrivent et me ramènent à la maison. Il y a des lumières rouges et bleues un peu partout. Ma mère leur crie dessus. Ils l’emmènent dans une de leurs voitures. J’ai très peur. Une femme arrive. Elle pleure et me serre très fort dans ses bras. Elle me dit que tout ira bien maintenant.

Je me souviens. C’est elle, ma vraie maman.

 

Date d’écriture: 2013
Aux enfants arrachés à leur famille.

Le devin

– Cet homme, là. Dans cinq minutes, il va se lever, prendre sa voiture, rouler trop vite dans les lacets et se planter dans la rivière. »
– Pourquoi tu ne vas pas lui dire ? Il pourrait prendre un taxi. »
– Lui dire quoi ? Bonjour monsieur, je vais vous dire votre avenir ? Il ne me croirait pas et se planterait quand même. Et d’ici quelques jours, la police viendrait enquêter sur moi. »
– Et si on lui crevait les pneus ? Il serait coincé ici. »
– Le garage à 500 mètres les lui changerait en une petite heure. »
– Alors pourquoi pas carrément lui voler sa voiture ? »
– Tu vois les flics, assis là derrière ? Ils te verraient essayer de forcer sa porte et t’arrêteraient. »
– Mais on doit pouvoir… »
– Trop tard, regarde. Il vient de sortir. »
– Oh merde… monsieur, eh ! monsieur, attendez ! »

Mon amie disparut à la suite de l’homme qui, je le savais, n’allait nullement se planter. Oh, ne vous méprenez pas. Je vois vraiment l’avenir. Parfois, je vois aussi comment le changer. Dans cinq minutes, elle le convaincra de prendre un verre avec elle. Ils se saouleront, prendront un taxi pour rentrer. Ils se reverront, s’aimeront et se sépareront. Et il restera à jamais bien loin de cette fichue rivière.

Bon. Cette femme à l’air un peu triste, assise au comptoir, va se faire agresser si elle rentre seule chez elle ce soir. Pas besoin d’être devin pour savoir comment changer ça.

– Bonjour madame… je ne fais pas ça d’habitude, mais… est-ce que je peux vous offrir un verre ? »

 

Date d’écriture: 2013

The Rock

Je viens de déménager. Un une pièce, un peu petit c’est vrai, mais l’endroit est parfait pour me recentrer et réfléchir. Juste devant ma porte, il y une fenêtre; quand on l’ouvre, les cris des goélands et l’odeur des embruns me parviennent. Il y a une bibliothèque en face. J’irai peut-être tout à l’heure, après avoir mangé avec mes voisins.

Seul inconvénient, je ne pourrai pas déménager à nouveau avant quelques années. Ce n’est que justice. Après tout, je paie à Alcatraz le meurtre d’un autre être humain.

Date d’écriture: 2015

alcatraz

Si on me proposait le travail de Dieu…

… je n’en voudrais pas. Regardons les choses en face : Son job, c’est un peu de chapeauter tout ce qui se passe sur Terre, histoire que tout ça tourne plus ou moins rond. Pour qu’un projet de ce genre marche, ça demande deux choses essentielles : d’abord, quelqu’un de sensé à la direction, et ensuite, une équipe qui l’écoute et avance ensemble sur le chemin qu’a tracé ladite direction. Alors je ne sais pas si Dieu est un bon gérant, mais ce que je sais, c’est que Son équipe est une belle bande d’abrutis.

 

On va le présenter comme ça : entre les gens qui ne L’écoutent pas, ceux qui L’écoutent et réinterprètent tous Ses propos comme ça les arrange, ceux qui croient bosser pour la concurrence, ceux qui se battent pour savoir si Son nom est Yahvé, Allah ou Théodule, ceux qui Lui demandent l’impossible et ceux qui ne croient même pas qu’Il existe, qu’est-ce qu’Il va bien pouvoir tirer de nous ?

 

D’après les Ecrits, les actions disciplinaires, Il a déjà tenté, mais non, rien à faire, Ses subordonnés se calment quelques décennies et recommencent à n’en faire qu’à leur tête dès qu’Il a le dos tourné. Puisque le bâton ne marche pas, et la carotte ? Si on leur promettait le paradis – mais attention, pour ça, il faut quand même bien se tenir. Eh bien non, ça non plus ça ne marche pas. Les gens n’y croient pas, ou dans leur ego démesuré se disent que bon, OK, j’ai mal agi, mais j’y aurai droit quand même non ?

 

Moi, si j’étais Dieu, je déclarerais faillite, liquiderais l’entreprise et mettrais tous les employés à la porte. Sauf que je suis pas Lui, je suis un des employés, désespéré et désemparé face au chaos qui grandit chaque jour un peu plus dans la boîte. Qui sait, peut-être qu’il n’est pas encore trop tard pour bien faire ? Peut-être qu’une bonne action collective, ce n’est rien d’autre que la somme de mille bonnes actions individuelles ? A vous de voir, mais moi je commence aujourd’hui.

 

Date d’écriture : 2017

 

Parce que la religion est un sujet sensible ces temps-ci, je me sens obligé de préciser : je suis agnostique (j’ignore si Dieu existe mais contrairement aux athées, je ne suis convaincu ni de Son existence, ni de Son inexistence). J’aime et respecte la religion quand elle amène les gens à être meilleurs avec leurs voisins, ce qui, fort heureusement, n’est pas rare chez les personnes pieuses que j’ai pu rencontrer jusque-là. Je l’exècre quand on l’ignore ou se sert de son nom pour rejeter ceux qui pensent autrement – parce qu’ils ont d’autres croyances ou cultures, qu’un autre nuancier a été utilisé pour colorer leur peau, que leur sexualité n’est pas dans les bonnes cases (monogame ou polygame, hétérosexuel ou homosexuel, avec ou sans mariage, classique ou libertin…), bref, parce qu’ils vivent autrement.