La prison mentale

Quand ils m’ont sorti du camp, ils ont dit qu’ils me libéraient. Depuis, je revois chaque détail.

La crasse. Le froid. La faim. Le pavé sanglant que je tiens à la main. L’adolescent à mes pieds, le crâne éclaté. Ses doigts que j’écarte pour m’emparer du butin, un quignon de pain moisi pour lequel je l’ai tué. Mon fils mourant à qui je le donne, dans l’espoir de lui redonner des forces. L’intoxication alimentaire qui l’emporte trois jours plus tard. Les éclats de rire des officiers Nazis quand ils apprennent la nouvelle.

J’aimerais que ça s’arrête. Impossible. Je ne serai jamais plus libre.

Mon esprit est une prison dont je n’ai pas la clef.

Date d’écriture: 2022

Une réflexion au sujet de « La prison mentale »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s