Contact

Cette planète était… étrange. Pas de relief, où que porte le regard. Une étrange couche de matière gélatineuse, au sol. Aucune trace de vie, malgré la présence d’une atmosphère. Le vaisseau-mère déploya un petit module-sonde pour enquêter sur place avec, à son bord, Ed Burner.

Ed n’était pas un novice. Quand son module se posa à la surface, il commença par confirmer la composition de l’atmosphère. Elle était un peu plus riche en azote que l’atmosphère standard, complètement saturée en éléments rares (encore un détail étrange !), mais tout à fait compatible avec la vie.

La seconde action qu’entreprit Ed fut de collecter un échantillon de cette matière gélatineuse. Le bras du module se déploya, s’enfonça dans la gélatine et… resta coincé. Ed força légèrement pour le décoller, sans succès. Il n’insista pas. Au-delà, il risquait de dépasser le point de rupture du bras mécanique. Il allait falloir le déloger à la main.

Il enfila sa combinaison, descendit l’échelle, posa le pied sur le sol extra-terrestre et essaya de faire son premier pas sur cette planète. Son pied resta collé au sol. Impossible de le bouger, quelle que soit la force qu’il déploie. Il abandonna sa botte sur place – une chance que l’atmosphère soit tolérable ! – et remonta dans le module en faisant bien attention à ne pas toucher plus de gélatine.

L’heure était venue de faire le point. Il était bien entendu exclu de décoller. Le bras mécanique était complètement coincé, et sans doute également les pieds du module. Impossible aussi d’analyser la gélatine dans le module. Mais il pouvait tester la réaction de la gélatine à différents produits chimiques. A commencer par l’alliage en titane qui composait sa botte.

Il dirigea le bras-caméra vers l’échelle du module. La botte était toujours là, coincée dans la gélatine. Mais elle était complètement corrodée, au point où il était difficile de savoir que c’avait été une botte en la regardant. Impossible de voir, dans la gélatine translucide, où la matière qui composait la botte était allée. C’est comme si la gélatine avait assimilé la matière de la botte pour se reproduire.

Ed eut un frisson en comprenant. Il avait atterri sur un organisme vivant qui dévorait tout ce qui entrait en contact avec lui. Un organisme si efficace qu’il avait, petit à petit, éliminé toute compétition de sa planète d’origine. Horrifié, il déplaça le bras pour voir la base du module. Les pieds avaient été sérieusement attaqués. Dans quelques heures, la coque elle-même serait en contact avec la gélatine.

Il lança aussitôt un appel au secours, qui fut relayé jusqu’au vaisseau-mère. On lui envoya sur-le-champ un vaisseau d’extraction. Le sortir de ce mauvais pas ne fut pas chose aisée – le vaisseau d’extraction ne pouvait, naturellement, se poser sur la planète – mais l’équipe de sauvetage était expérimentée. Ils amenèrent un homme sur le toit de la sonde. L’homme découpa une écoutille au laser, puis un hélitreuil les souleva jusqu’au vaisseau de secours. Enfin, ils firent rugir les moteurs pour fuir au plus vite cette planète inhospitalière, creusant un grand cratère dans la gélatine au point de décollage.

Ed fit un rapport détaillé. On plaça la planète en quarantaine, pour que personne n’ait jamais à vivre l’horreur d’être assimilé à petit feu par la gélatine. Et Ed put enfin s’endormir, quelque peu secoué mais fier d’avoir accompli son devoir.

L’équipe de sauvetage remit le vaisseau d’extraction au service d’entretien pour une inspection et une révision de routine, comme après tout retour de mission. Mais le service d’entretien était débordé, et il plaça le vaisseau en liste d’attente. Rien ne pressait, de toute façon.

Dans la nuit, l’alerte générale fut lancée. Le pont d’entretien était recouvert de gélatine.

Quelques heures plus tôt, au décollage du vaisseau d’extraction, une minuscule gouttelette avait été expulsée en l’air et s’était accrochée à la coque.

Date d’écriture: 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s