Le forgeron

Le forgeron donnait les touches finales à sa lame, polissant avec application les minuscules aspérités restantes. Une épée simple mais de bonne facture, typique de cette partie du monde, sans rien de particulier. En apparence.

Quelques jours plus tard, cette épée fut vendue à un marchand ambulant, qui caressait l’espoir d’en tirer un bon profit dans la cité voisine. Au marché, un voleur déroba l’épée. Elle atterrit sur le marché noir et changea plusieurs fois de propriétaire, le plus souvent de manière sanglante. Elle quitta finalement la ville au flanc d’un truand de bas étage, qui se trouvait recherché par la garde et préférait prendre un peu l’air.

Le truand écuma quelque temps la campagne aux côtés de bandits de grands chemins. Ils attaquaient les villages alentours, ciblant les commerces les plus lucratifs. Et c’est ainsi que l’épée retrouva le chemin de la forge.

Quand elle s’abattit sur son créateur, il reconnut son œuvre et hocha imperceptiblement la tête. Il avait forgé sa propre chute.

Date d’écriture: 2020

Une réflexion au sujet de « Le forgeron »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s