Le secret

La première fois, Aurore était extrêmement gênée. Elle était familière avec le sexe, bien sûr, mais pas avec ce genre d’homme, de dix ans plus âgé, la barbe bien fournie, et surtout… inconnu. Comme elle bafouillait, l’homme rit et dit :

T’en fait pas ma belle, je compte pas t’épouser, c’est juste pour ce soir alors tu peux être toi-même. Ou qui tu veux être au lit. »

Surement le meilleur conseil qu’on lui ait jamais donné dans le métier. Aurore s’allongea en pensant qu’elle était une autre. Elle ne prit pas particulièrement de plaisir – comment aurait-elle pu ? – mais n’en sortit pas dégoûtée non plus. Et ce mois-ci, elle n’eut pas de difficultés à payer le loyer.

Comme les études d’Aurore continuaient, l’absence de salaire la força à recommencer et une certaine routine s’installa. Certains étaient doux, prévenants, sécurisants. D’autres étaient brusques, sauvages. Avec chacun d’entre eux, elle était une femme différente. Quelques-uns, plus rares, étaient du genre violent – ceux-là, Aurore ne les laissait jamais revenir dans son lit. Parmi les autres se dégagèrent quelques habitués. Tristan, Marc, Selim.

La première fois qu’Aurore y prit du plaisir, elle dut refouler une vague de panique. Parce que la jouissance, elle ne pouvait pas prétendre que c’était celle d’une autre. Non. C’était elle, Aurore Meuret, qui y avait pris son pied. D’autant plus bizarre que le type n’était pas particulièrement doué. Il hésitait, s’embrouillait dans ses phrases, la touchait à peine – au début du moins.

En y réfléchissant un peu plus tard, seule dans son lit, Aurore comprit. Il était… comme elle. Comme sa première fois avec le barbu. Ce devait être la première fois qu’il venait voir une… quel mot vulgaire… la première fois qu’il payait pour ça. Voila pourquoi Aurore avait ressenti une certaine connexion avec lui.

Et puis le temps passant, Aurore finit ses études et trouva un travail – un vrai, officiel, qui ne lui demandait pas de tarifer son corps. Alors, les aspects matériels étant désormais assurés, Aurore cessa de se prostituer. Mais jamais elle n’en parla à sa famille, ses amis, et jamais personne de son entourage ne sut ce secret. Et à chaque fois qu’Aurore croisait une étudiante, elle se demandait : et elle, est-ce qu’elle le fait aussi ? Combien de prostituées par ailleurs bien intégrées à la société, qui vendent leur corps pour assurer le quotidien ?

Bien sûr, Aurore ne le sut jamais.

Date d’écriture: 2019

 

2 réflexions au sujet de « Le secret »

    1. Essentiellement inspiré par le clip de Clean Bandit, Rockabye. Mais ce n’est pas la première fois que je me pose des questions sur les métiers tournant autour du sexe, et que je sens qu’on les diaboliser sans trop réfléchir, qu’on ne voit que les maquereaux et les réseaux de prostitution. Du coup on oublie que par ailleurs, il y a aussi des gens tout à fait décents qui les pratiquent, de façon alimentaire ou non.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s