Théorie amoureuse

Rares sont les alter-ego sur terre qui pourraient être, potentiellement, l’amour de notre vie. Au point d’en être presque inexistants, tels de lointains fantômes. On ne les reconnaît d’ailleurs pas toujours immédiatement (souvent pour de bonnes raisons telles qu’un cœur déjà pris).

Bien davantage de personnes – pas toutes loin de là – peuvent y ressembler de très près, sans pour autant en faire partie. L’illusion est parfaitement fondée : alors, une relation commence ; nous sommes probablement programmés pour cela. Mais au plus profond de nous, on se ment. On sait, de manière enfouie, qu’un je-ne-sais-quoi ne colle pas tout à fait. Une petite voix nous taraude mais nous l’ignorons avec flegme. L’illusion est trop précieuse. La stabilité, aussi. Et c’est tellement presque ça ! La plupart du temps, on vivra sa vie amoureuse jusqu’à la mort et de façon heureuse. C’est une bonne chose pour notre espèce car tellement peu de gens ont la chance de croiser sur leur chemin, un jour, l’un des spécimens de la population si restreinte des personnes qui correspondent vraiment.

Si vous en rencontrez une et que vous êtes libre, vous verrez : cela provoque comme un soulagement, un sentiment d’évidence. L’impression d’avoir trouvé quelque chose que l’on ne savait pas avoir perdu. Ou plutôt : d’avoir découvert que ce que l’on pensait dur comme fer avoir déjà trouvé auparavant n’était pas tout à fait ce que l’on croyait. Le regard est familier sans que l’on sache bien pourquoi. Le sourire est à tomber. Mélange de bonheur et de crainte. Mais vous devez savoir autre chose à ce propos : cette personne ne vous lâchera pas. Et vous ne la lâcherez jamais.

Auteur: Rudiger
Date d’écriture: 2017

2 réflexions au sujet de « Théorie amoureuse »

  1. Une fois n’est pas coutume, l’histoire n’est pas de moi – merci beaucoup Rudiger ! J’espère que le changement de style vous plaira. Et si quelqu’un insinue que j’en profite pour me la couler douce, je… bon, OK, c’est pas faux. Je m’en retourne siroter ma caïpirinha.

    J'aime

  2. ​Quelle bonne idée de collaborer, Rudiger ( et bravo pour ta prose !) et Unehistoireparsemaine !

    Eh oui, le destin, et en amour, en plus de la complicité, et de bien d’autres choses, il faut  » l’alchimie  » pour que ça fonctionne.

    Et des concessions qu’on peut faire parfois, toujours ou pas selon nos capacités et nos envies par rapport à ce  » je-ne-sais-quoi ne colle pas tout à fait « . La réciproque est sûrement là aussi…

    ​PS : Je ne connaissais pas le caïpirinha, mais ça a l’air bien bon ( est-ce que ça ressemble à du rhum blanc la cachaça, les 2 proviennent de la canne à sucre ? …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s