Pierre, papier, ciseaux

L’architecte construisit patiemment le château un moellon à la fois, et décréta que la place forte était sienne une fois son oeuvre achevée.

Le riche marchand signa l’acte d’expropriation de sa plume favorite, et décréta que la place forte était sienne une fois son forfait achevé.

Le guerrier trancha brutalement la gorge du marchand de sa propre lame, et décréta que la place forte était sienne une fois son crime achevé.

Pierre, papier, ciseaux. Un jeu des plus dangereux.

Date d’écriture: 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s