Disparitions

Je meurs à petit feu. Une maladie incurable. La vieillesse.

Quand je partirai, une foule d’expériences disparaîtront avec moi. Les levers de soleil flamboyants, sur cette plage sans nom au Costa Rica. Cette jolie fille dont le visage s’estompe, avec qui j’avais fait l’amour le 14 juillet de mes 19 ans. Le goût acidulé des glaces à l’italienne au citron, dans cette gelateria en Sicile. La joie indescriptible de tenir mon nouveau-né dans mes bras à la maternité régionale de Lorraine. Et tant encore, que nul autre humain n’a vécu. Quand mes yeux se fermeront, ces souvenirs m’accompagneront dans les limbes.

Après tout, ça ne manque pas de sens. Place aux nouveaux joueurs. Puissent-ils viennent vivre des choses aussi fantastiques.

Date d’écriture: 2017

Une réflexion au sujet de « Disparitions »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s