Le Champ de Blé avec Cyprès

Après des années de manœuvres de couloir, de pots de vins et d’intrigues diverses, Jettro Lloyd avait finalement réussi. Le « champ de blé avec cyprès », de Vincent Van Gogh, avait été remis en vente par la National Gallery de Londres le 7 avril 2009. Au nom du Fine Art Fund Group (un fonds d’investissements en œuvres d’art), Jettro s’en était porté acquéreur pour la modique somme de 62,7 millions de dollars.

Une affaire ; dans quelques décennies, la toile vaudrait probablement le double de cette somme. Mais surtout, c’était une revanche personnelle : Selim Barkhoum, le magnat de la finance, lui avait soufflé la toile dans une autre vente aux enchères quelques années plus tôt. Une enchère sous pli scellé d’un centime de dollar plus élevée. Jamais Jettro n’avait su d’où venait la fuite. Et pour ajouter à l’humiliation, Selim avait donné la toile à la National Gallery en 2006. Devant la presse, il avait affirmé que contrairement à d’autres enchérisseurs, il préférait offrir le tableau au public plutôt que de le laisser moisir dans un coffre fort. La nouvelle notoriété de Selim lui avait ouvert de nombreuses portes, tandis que Jettro devait expliquer son échec à ses investisseurs.

Fort heureusement, cette période sombre était aujourd’hui bien loin. Dans les mois suivant l’achat, Jettro fut nommé gérant du Fine Art Fund Group, le fonds pour lequel il avait travaillé. Dans le même temps, Selim connaissait une série de revers financiers ; il semblait qu’il ait placé sa fortune personnelle dans des fonds d’investissement en art moins fortunés.

Cependant, les manigances de Jettro avaient attiré l’attention sur la toile. L’opinion publique grondait – et plus grave encore, le « champ de blé avec cyprès » fut l’objet de plusieurs tentatives de cambriolage ratées. Jettro prit aussitôt les mesures nécessaires : le 13 juillet 2009, il transféra la toile dans le plus sécurisé des coffres de la Barclays Bank à Londres. Avec ses plusieurs mètres de béton armé doublant un cœur en acier massif et sa triple sécurité mécanique, électronique et humaine, le coffre était réputé inviolable. Pendant quelque temps, la toile y reposa bien à l’abri, et le courroux de l’opinion publique s’atténua peu à peu comme le peuple oubliait cette affaire.

Au bout de quelques mois, pourtant, des rumeurs commencèrent à courir dans les milieux autorisés. On racontait qu’un des cambrioleurs les plus réputés au monde, connu sous le pseudonyme de Rose Noire, venait de revendre la toile à un collectionneur privé pour une somme faramineuse. Que la Rose Noire se serait emparée du tableau au cours de son transfert à la Barclays Bank, et que la version reposant dans le coffre fort ne serait qu’une habile copie destinée à donner le change. Les investisseurs perdirent confiance, et les actions du Fine Art Fund Group chutèrent rapidement. A cours d’options, Jettro fit procéder à une expertise de la toile par deux experts indépendants. Leur diagnostic fut sans appel : la toile n’était effectivement qu’un faux. Jettro fut remercié, et le faux fut vendu pour une bouchée de pain aux enchères publiques le 3 décembre 2009.

En 2011, l’original refit surface au Museum of Modern Art à New York. Une enquête fut naturellement menée pour déterminer la légalité de l’acquisition. Il apparut que la toile avait été achetée pour quelques milliers de dollars par un autre fond d’investissement en œuvres d’art, le Hedge Funds, lors de la vente du 3 décembre 2009. Une troisième expertise avait été menée sur le « champ de blé avec cyprès », et avait conclu qu’il s’agissait bel et bien de l’original. Le Hedge Funds avait alors décidé d’offrir la toile au MoMA de New York dans le but d’améliorer son image et sa notoriété auprès des collectionneurs.

Le Fine Art Fund Group intenta un procès pour récupérer le tableau, mais la vente au Hedge Funds s’était faite dans la plus grande légalité et la requête fut rejetée. Les deux premiers experts, auteurs des analyses mensongères, semblaient avoir cessé toute activité après leur travail sur le « champ de blé avec cyprès » et ne purent être retrouvés. Aussi l’œuvre de Van Gogh demeura-t-elle au MoMA, où elle est admirée quotidiennement par des milliers de visiteurs.

Grace à sa nouvelle notoriété, le Hedge Funds est aujourd’hui florissant. Il est géré de main de maître par un certain Selim Barkhoum, actionnaire majoritaire depuis avril 2009.

 

Date d’écriture: 2014
A l’Art. Et aux mille et une façons dont il a été dévoyé.

wheat_field_with_cypresses
Crédits photo: National Gallery, Londres

Une réflexion au sujet de « Le Champ de Blé avec Cyprès »

  1. Eh oui, ça manque clairement et cruellement de poésie et de délicatesse toutes ces spéculations au regard de la création artistique, surtout celle de Vincent qui a bouffé de la vache enragée…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s