Le prédateur

Et pourtant, j’ai essayé. Je n’ai jamais demandé à être ce que je suis. Je voulais être un des vôtres. Vivre l’amour, l’amitié, la douceur, toutes ces choses que vous glorifiez. Mais aujourd’hui, il est temps d’y mettre un terme : je ne peux pas. Je ne suis pas comme vous. Mon premier baiser, je l’ai extorqué par chantage. J’ai fait semblant d’être amoureux de ma femme par pur intérêt. J’ai tenu mon enfant dans mes bras, et j’ai ressenti l’horreur de ne rien ressentir pour lui.

Prédateur, égocentrique, sociopathe, appelez-moi comme vous le voudrez, cela m’importe peu aujourd’hui. Il est temps que j’accepte ma condition et reparte en chasse. Gare au faible qui croisera ma route.

Je suis ce que je suis.

Date d’écriture: 2017
Sans empathie, que sommes nous ?

Une réflexion au sujet de « Le prédateur »

  1. Chacun a sa propre définition de ce qu’est être « humain ». Pour moi, c’est notre capacité à nous soucier de nos proches, à nous identifier aux émotions des autres êtres vivants. Tout le monde n’en fait pas usage, mais tout le monde en est théoriquement capable, s’il le souhaite. Ou presque… et cette anomalie m’a toujours intrigué, comme une faille dans mon système de valeurs personnel. Juste pour être clair, je reconnais pleinement les sociopathes comme des êtres humains. Mais c’est comme si, d’une manière ou d’une autre, on les avait amputé de quelque chose de précieux qui les rend incapables d’empathie. Et je suis incapable d’imaginer quel genre de vie on peut vivre sans ça.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s