Si on me proposait le travail de Dieu…

… je n’en voudrais pas. Regardons les choses en face : Son job, c’est un peu de chapeauter tout ce qui se passe sur Terre, histoire que tout ça tourne plus ou moins rond. Pour qu’un projet de ce genre marche, ça demande deux choses essentielles : d’abord, quelqu’un de sensé à la direction, et ensuite, une équipe qui l’écoute et avance ensemble sur le chemin qu’a tracé ladite direction. Alors je ne sais pas si Dieu est un bon gérant, mais ce que je sais, c’est que Son équipe est une belle bande d’abrutis.

 

On va le présenter comme ça : entre les gens qui ne L’écoutent pas, ceux qui L’écoutent et réinterprètent tous Ses propos comme ça les arrange, ceux qui croient bosser pour la concurrence, ceux qui se battent pour savoir si Son nom est Yahvé, Allah ou Théodule, ceux qui Lui demandent l’impossible et ceux qui ne croient même pas qu’Il existe, qu’est-ce qu’Il va bien pouvoir tirer de nous ?

 

D’après les Ecrits, les actions disciplinaires, Il a déjà tenté, mais non, rien à faire, Ses subordonnés se calment quelques décennies et recommencent à n’en faire qu’à leur tête dès qu’Il a le dos tourné. Puisque le bâton ne marche pas, et la carotte ? Si on leur promettait le paradis – mais attention, pour ça, il faut quand même bien se tenir. Eh bien non, ça non plus ça ne marche pas. Les gens n’y croient pas, ou dans leur ego démesuré se disent que bon, OK, j’ai mal agi, mais j’y aurai droit quand même non ?

 

Moi, si j’étais Dieu, je déclarerais faillite, liquiderais l’entreprise et mettrais tous les employés à la porte. Sauf que je suis pas Lui, je suis un des employés, désespéré et désemparé face au chaos qui grandit chaque jour un peu plus dans la boîte. Qui sait, peut-être qu’il n’est pas encore trop tard pour bien faire ? Peut-être qu’une bonne action collective, ce n’est rien d’autre que la somme de mille bonnes actions individuelles ? A vous de voir, mais moi je commence aujourd’hui.

 

Date d’écriture : 2017

 

Parce que la religion est un sujet sensible ces temps-ci, je me sens obligé de préciser : je suis agnostique (j’ignore si Dieu existe mais contrairement aux athées, je ne suis convaincu ni de Son existence, ni de Son inexistence). J’aime et respecte la religion quand elle amène les gens à être meilleurs avec leurs voisins, ce qui, fort heureusement, n’est pas rare chez les personnes pieuses que j’ai pu rencontrer jusque-là. Je l’exècre quand on l’ignore ou se sert de son nom pour rejeter ceux qui pensent autrement – parce qu’ils ont d’autres croyances ou cultures, qu’un autre nuancier a été utilisé pour colorer leur peau, que leur sexualité n’est pas dans les bonnes cases (monogame ou polygame, hétérosexuel ou homosexuel, avec ou sans mariage, classique ou libertin…), bref, parce qu’ils vivent autrement.

3 réflexions au sujet de « Si on me proposait le travail de Dieu… »

  1. Cette semaine, deux histoires pour le prix d’une. Après une lecture fort choquante sur le point de vue opposé (de manière synthétique, qu’il est parfaitement légitime d’exclure certains au nom de la religion), je voulais absolument publier ça de suite. Non pas que je crois que ça va changer la face du monde, mais si je ne fais rien, là ce sera une certitude absolue.

    J'aime

  2. ​Le job de Dieu ! …un peu mégalo !
    Et pour quel épanouissement et quel salaire ou monnaie d’échange ?
    Ou pour un désintéressement, un altruisme total ?
    Et puis je me demande ce que pourrait faire Dieu de son salaire ?

    Après tout, si on admet qu’il est à l’origine de la création du monde, il lui aurait fallu mieux le gérer, voire le créer dès le départ !
    Donner une morale aux hommes dont ils ne se dévieraient pas !

    Il y a eu Judas et les pêchés des hommes pour lesquels son fils a donné sa vie.
    Mais ça n’a pas suffi …ou pas fonctionné.
    Enfin, les religions ont bien des réponses à tout ça.
    On y adhère plus ou moins, ou pas.

    Déclarer une faillite : méthode assez totalitaire : un big bang !!
    Et pas de sécurité de l’emploi si tu étais Dieu 😉
    Remarque, la plupart – s’il y a des survivants 😉 – retrouveraient vite du travail ; il faudrait beaucoup de forces vives pour reconstruire l’humanité.

    Bref, comme aimait à le dire Papy et force est de constater que  » la perfection n’est pas de ce bas monde »…

    Ton histoire est un beau sujet de réflexion !

    Et vive tes – nos – bonnes résolutions ! Si tout le monde s’y mettait cette fois…

    Une gentille chanson ! :

    J'aime

    1. Las, c’est un peu trop facile de se retourner contre la direction – je crois fermement qu’on a notre destin entre nos mains et que l’avenir sera ce que nous en faisons. Manque de bol, ce qu’on en fait, c’est pas tout rose en ce moment (d’où le point de départ de cette histoire, au fond). La perfection ? Pas besoin. Juste un peu de mieux, ca me suffirait. :-s

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s