Le grenier

1997. Je grimpai jusqu’au grenier. L’escalier était abrupt, et les marches trop hautes. A la porte, une odeur de renfermé chatouilla délicieusement mes narines. La pièce était immense, promesse de mille trésors à découvrir.

2005. Je grimpai jusqu’au grenier. L’escalier était abrupt, avec de petites marches toutes resserrées. A la porte, une odeur de renfermé agressa mes narines. La pièce était minuscule, envahie de centaines de bibelots cassés ou défraichis.

2005. J’avais grandi.

 

Date d’écriture: 2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s