L’acacia

Ça avait été jadis une forêt verdoyante où grouillait la vie. Des ruisseaux, des gazelles, des oiseaux bariolés, où que porte le regard. Et puis, la sécheresse était venue. Pas d’un coup, non, lentement, comme une maladie dégénérative. Le sol s’était fait plus sec, la végétation plus clairsemée, les animaux plus discrets. La forêt avait reculé, était devenue savane. Et puis, les arbres étaient morts. Mais pas lui, non. Pourquoi il avait survécu ? Était-il plus grand et plus fort que ses confrères? Plus teigneux? Ses racines s’enfonçaient-elles un peu plus loin sous la terre? Peu importe, il avait survécu. Longtemps après que les autres acacias aient tous disparu, il continuait de se dresser seul au beau milieu du désert. Lui, relique d’un âge d’or à jamais perdu, il s’entêtait à survivre dans cet environnement hostile.

Et pourtant, un jour, l’arbre mourut. Un camionneur, ivre, transportait du matériel à travers le désert. Avec des centaines de kilomètres de vide tout autour de lui, l’homme réussit, on ne sait comment, à heurter de plein fouet l’acacia. L’homme poursuivit sa route et, arrivé à destination, en fut quitte pour quelques centaines de francs CFA pour réparer son camion. L’arbre, grièvement blessé, dépérit lentement au milieu du Sahara.

Quelques mois plus tard, une expédition fut lancée pour arracher sa carcasse desséchée au désert. On construisit un monument pour abriter ses restes (que l’on peut encore visiter aujourd’hui) en ultime hommage à l’extraordinaire résistance de ce petit acacia.

Date d’écriture: 2016
Inspiré de l’histoire vraie de l’arbre du Ténéré.

arbre-du-tenere
Crédits photo: Valérie et Michel Mazeau

2 réflexions au sujet de « L’acacia »

  1. Jolie fable écologique.
    Mais tout a une fin, même pour les plus résistants…

    PS : y a t’il des contrôles d’alcoolémie au volant dans le désert ?

    Pensant que le contrat cité dans le titre « d’Une Histoire Par Semaine » défaillait, j’allais m’apprêter à poser réclamation, mais cette fois encore, heureusement que je surveille le blog, car l’abonnement ne fonctionne pas 😦 !

    J'aime

  2. Si seulement ce n’était qu’une fable… malheureusement les éléments de base de cette histoire ne sont pas fictifs – l’arbre du Ténéré, souvent considéré comme l’arbre le plus isolé au monde, a réellement été dégommé par un camion qui passait par là. La réalité dépasse parfois la fiction.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s